Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 19:00

Lecteur, lectrice,

 

Je sais, je sais, je n'ai toujours pas posté depuis longtemps. Tu m'excuseras, j'étais en train de sauver le monde de la terrifiante menace des ragondins. Et des taupes. Tu n'imaginerais pas à quel point une taupe c'est une menace à prendre au sérieux.

 

Moi tentant de traiter avec l'ennemi

Moi tentant de traiter avec l'ennemi

Bref.

Depuis quelques temps, en plus de traiter de cet épineux problème, je voyage pas mal, aussi.

Du coup, je commence à en ressentir les effets.

 

Symptôme n°1 : accro aux bouchons d'oreille, tu seras

Quand tu passes 6 à 8 heures par semaine dans le train, se produit un phénomène étrange : tu commences à devenir accro aux bouchons d'oreilles. Tu sais, les trucs en mousse de couleur généralement fluo ?

Je les collectionne par boîtes. J'en retrouve dans mon sac à mains, ma valise et même mes poches.

Ils sont une condition essentielle à ma survie.

Parce que le train est rempli d'un monde hostile tel que les enfants et leurs parents au bord de la crise de nerfs.

Mais aussi de gens qui écoutent de la musique aux goûts discutables sans écouteurs sur leur portable, de gens qui parlent trop fort, et aussi du monotone bruit du train.

Bref. Tu deviens vite accro aux bouchons, qui deviennent ta planche de salut. Tu es tout angoissé si tu ne les as pas. Tu es incollable sur les marques et leurs qualités respectives.

 

Symptôme n°2 : pro de la valise, tu deviendras

Quand tu changes de lieu de vie tous les 4 jours, tu finis par devenir un pro pour faire et défaire une valise en un éclair. Les chaussures sont préemballées dans leur poche à chaussures, la trousse de toilette est toujours prête d'avance et jamais défaite, le sac à linge sale est bien soigneusement plié au fond de la valise.

Tu deviens expert des modèles et tu connais les avantages et inconvénients du Pliage de Lonchampt (bonne contenance, très léger, mais anses trop courtes pour pouvoir le porter à l'épaule), du sac à dos (la trousse ne passe pas), de la valise à 2 ou 4 roulettes.

Ton rêve secret, c'est la valise ultralégère samsonite.

 

Symptôme n°3 : toujours habillé pareil, tu te présenteras

Au final, quand tu voyages beaucoup, tu finis par adopter toujours plus ou moins la même tenue semi-chic, semi-casual.

Tu deviens expert dans l'art d'assortir et d'accomoder à toutes leurs sauces ton seul pantalon qui ne se froisse pas avec ta seule veste chaude mais pas trop (parce que quand tu quittes une ville où il fait 30° pour une ville où il fait 15, crois moi que le concept de modulation des couches de vêtement prend tout son sens)

Tu deviens également obsédé de la météo parce que "j'ai jamais ce qu'il faut dans ma valiiiiiiiise"

 

Symptôme n°4 : casanier du week end, tu finiras

Je sais pas toi, mais moi, faire 3000 km de train par mois, ça me fatigue un peu. A tel point que tous les week ends je finis obsédée à l'idée de me nourrir exclusivement de salade (mon corps ne supporte plus la nourriture déjà préparée) et de chiller en pyjama sur mon canapé, sans prendre aucun transport en commun.

Du coup, je finis par confondre obligations pros et vie sociale.

 

Symtôme n°5 : pro de l'adaptation, tu survivras

Quand tu rencontres des personnes différentes et que tu fréquentes des lieux nouveaux environ tous les jours, tu finis par disposer d'un sens de l'adaptation inouï.

Tu deviens le pro pour dénicher en 30 secondes le meilleur bon plan pour manger ou boire un verre. Tu es capable de repérer la meilleure librairie à 20 km à la ronde et tu sais trouver la presse locale et nationale même au fon fond de l'Amazonie.

 

Symtpôme n°6 : ton smartphone tu béniras

Quand ton bureau est principalement estampillé SNCF, ton téléphone en 4G qui peut se transformer en modem devient ta planche de salut. C'est lui qui te permet de traiter les dossiers, de savoir où se trouve ton hôtel (et de le retrouver), de suivre ton semblant de vie sociale.

Bref, le pire qui puisse t'arriver tiens en ces 6 mots : "j'ai plus de batterie !"

 

Faut que je te rappelle, ma batterie est morte

Faut que je te rappelle, ma batterie est morte

Le voyage, ça forme la jeunesse, ça te déforme aussi un peu le dos, mais bon, quand même, lecteur, lectrice, c'est cool.

Sur ce, je retourne poursuivre mes ragondins.

Et toi, tu voyages beaucoup ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Colombe Vintage
commenter cet article

commentaires

Qui Sont Les Corn-Flakes ?

  • : Des jedis dans mes cornflakes
  • Des jedis dans mes cornflakes
  • : Le blog qui aime les jedis, Gaston Deferre et les petits déjeuners !
  • Contact

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Colombe Vintage sur Hellocoton

Où Sont Mes Corn Flakes ?

Précédemment